La faune et la flore en Amazonie

L'Amazonie a la particularité d’abriter des centaines de milliers d’espèces dont une majorité est encore inconnue et/ou non répertoriée.





Une biodiversité phénoménale

Par la splendeur de ses paysages, l’étrange beauté de sa flore et de sa faune, et les dangers mortels de ses mystérieux sous-bois aux richesses inouïs, la région Amazonienne cristallise depuis toujours les rêves les plus fous.
Que la forêt soit enchantée ou énigmatique, un « paradis » ou un « enfer vert », il s’agit d’un lieu totalement unique au monde pour la diversité de sa faune et de sa flore. Elle abrite presque la moitié de toutes les espèces vivantes sur terre.
L’Amazonie héberge une biodiversité phénoménale : 40 000 espèces de plantes, 3 000 espèces de poissons d’eau douce, 300 espèces de mammifères, 1 300 d’oiseaux, plusieurs millions de variétés d’insectes et plus de 370 de reptiles, soit une espèce sur dix connues sur Terre. À cette biodiversité s’ajoute les 550 millions d’hectares de forêts denses, le tiers des forêts tropicales humides restantes de la planète et 6 762 km de rivières sinueuses… Autant d’atouts qui justifient ’importance de l’Amazonie pour l’ensemble de la planète. Ces chiffres évoluent encore puisque chaque année nous découvrons encore des dizaines d’espèces.

La Flore

La plaine d’Amazonie est la plus grande surface équatoriale humide de la planète et la forêt qui la recouvre représente littéralement son poumon vert.
Premier fleuve du monde, l’Amazone s’écoule sur 6 762 km et reçoit 1 100 affluents, aux eaux multicolores. Avec un débit de 200 000 m³ à la seconde, l’Amazone déverse dans l’océan un cinquième de l’eau douce du globe. Le fleuve est si large que les effets de la marée se font sentir à 800 km en amont de l’embouchure. Lorsque ses eaux rencontrent l’océan en période de fortes marées, le choc produit un mascaret, une vague rapide et dévastatrice, la pororoca, audible à des kilomètres à la ronde. L’Amazone est navigable sur 3 700 km. Près de Manaus, les eaux ocre de l’Amazone rencontrent les eaux noires du Rio Negro. Les eaux ne se mélangent pas tout de suite. Elles coulent l’une à côté de l’autre, en s’ignorant, sur des dizaines de kilomètres, un spectacle fantastique.




La jungle, paradis ou enfer vert ?

Sa forêt primaire, avec des arbres de 30 à 50m de haut contient le plus haut taux de biodiversité de toute la forêt. Les arbres de la canopée sont tellement denses qu’ils bloquent presque toute la lumière des strates inférieures de la forêt dans lesquelles un nombre spectaculaire de petites espèces prolifère.
La forêt peut également s’étendre sur des terres inondées, souvent proche du lit des cours d’eaux. La forêt inondée présente environ 4% de la surface totale de la forêt, le plus souvent observée lors de voyages en bateau.
L’écosystème amazonien inclut également des mangroves présentes sur la côte Atlantique mais aussi des montagnes rocheuses sur le plateau des Guyanes. Plateau qui présente une faune et une flore uniques.
Dans les régions du Brésil telles l’Amapa, le Roraima ou encore au Guyana, l’Amazonie est également constituée de savane dans laquelle vous pourrez assister à des couchés de soleil spectaculaires.




La faune en Amazonie

Voici quelques exemples d’animaux que l’on peut rencontrer en Amazonie :
Le jaguar et le puma, maîtres des forêts brésiliennes. Peu dangereux pour l’homme, ils habitent tous les milieux. Ils sont d’excellents nageurs.
Les félins sont nombreux : jaguarondi, ocelot ou chats margay peuplent cet environnement.
Le pécari à collier, à la peau épaisse le protégeant des serpents, est un cousin de notre sanglier.
Le tapir est un animal solitaire pouvant atteindre 2m pour 280 kg, il peut traverser une crique ou un fleuve en marchant sur le fond, à l’instar de l’hippopotame.
Parmi les rongeurs, le grand Cabiaï ou Capybara mène la vie d’un mammifère social et semi-aquatique. Il nage très bien et vit en groupe. Les agoutis et les pacas sont les autres rongeurs que vous croiserez.



Le tatou, animal nocturne et solitaire possède sur l’ensemble du corps des écailles de protection de couleur marron clair.
Le tamanoir ou fourmilier géant se nourrit dans les zones ouvertes et se reposent dans des zones plus boisées.
On trouve l’opossum laineux qui grimpe aux branches grâce à sa queue préhensile, et la sarigue, dont les petits en bas âge restent accrochés au corps de la mère.

Parmi les singes
Le singe-lion dort dans un trou d’arbre. Le sapajou jaune a le museau bleu. Le sapajou fauve casse les noix avec des pierres. Le capucin facétieux se laisse approcher. L’atèle, ou singe-araignée, possède une longue queue préhensile. Le douroucouli est un singe nocturne aux yeux surdimensionnés. Le ouistiti est l’un des plus petits singes du monde. Le cri du singe hurleur rouge se fait entendre sur plusieurs kilomètres
Le paresseux est un curieux animal à la lenteur légendaire.




1300 espèces d’oiseaux

Dans les forêts pluviales tropicales, tous les aliments, insectes, fruits, nectar, sont disponibles sur place.
Le toucan, charmant volatile qui vit dans la forêt tropicale, aux cimes et aux étages intermédiaires des arbres. Son bec énorme est une énigme On compte 37 espèces de toucan en Amazonie
Le colibri, seul oiseau dont le battement d’aile fournit poussée et propulsion, il peut faire marche arrière comme un insecte. Il est capable d’avoir des départs fulgurants. Ses ailes battent de 20 à 80 fois par seconde. Pour soutenir cette intense activité, le colibri se délecte toutes les dix minutes du nectar de fleurs inodores à raison de 50 % de son poids par jour. Son cœur volumineux bat au repos 500 fois par minute




Le perroquet est un psittacidé monogame. Les couples se tiennent ensemble toute l’année, s’envolent ensemble au petit matin et se nourrissent et lissent leurs plumes mutuellement. C’est le seul oiseau qui prend son fruit avec la patte pour le manger. On en connaît 300 espèces, dont une quinzaine vient de disparaître. Il peut vivre quatre-vingts ans.
La harpie est le plus puissant rapace du monde, il se nourrit de singes.

L’Amazonie, terre de records : le serpent d’eau anaconda mesure 9 m de long et peut avaler un cabiai entier, les poissons d’eau douce arapaïma et piraïba peuvent peser près de 140 kg et enfin, le jaguar possède la mâchoire la plus puissante de tous les félins.




Des animaux remarquables et menacés

L’iguane vert, lézard au corps recouvert d’écailles peut atteindre 2m et rester immergé sous l’eau jusqu’à 4h30. Le boa constrictor peut mesurer jusqu’à 5,60 m.
Le serpent corail est magnifique mais dangereux.
Le caïman, ou jacaré, peut mesurer jusqu’à 6 m.
La grenouille dendrobate, à la peau toxique, dont les Indiens se servent pour imprégner les fléchettes ou procéder au rituelle du Kambo.
La mygale est en fait inoffensive.
Le coléoptère dynaste hercule mesure jusqu’à 17 cm, le papillon Morpho mesure 14 cm et est d’un bleu métallique enchanteur. On trouve plus d’un million d’espèces d’insectes en Amazonie.



L’Amazone, 3 000 espèces de poissons

L’Amazone compte 3 000 espèces de poissons, soit 10% des espèces de poissons de la planète recensées à ce jour.

Piranhas, anguilles électriques, raies, tucunarés, jaùs, jaraquis… autant d’espèces intrigantes. Tout comme les poissons minuscules dont votre aquarium rêverait et qio sont légion dans les eaux amazoniennes : l’ange d’eau douce, le néon tétra ou le poisson-crayon.
N’oublions pas le légendaire Pirarucu ou Arapaïma, un des plus gros poissons d’eaux douce au monde.

Enfin, le légendaire dauphin de l’Amazone vous fera compagnie lors de votre voyage en bateau. On compte un couple au kilomètre carré. Il fait surface toutes les trente secondes et replonge aussitôt. Un magnifique spectacle à observer depuis votre barque ou dans l’eau. En 2010, une équipe de scientifiques a découvert une nouvelle espèce de dauphins dans les eaux de l’Araguaia.
Étonnante Amazonie qui n’a pas fini de nous livrer ses secrets.